Skip to content

2019, Tokyo

La Révolution française vue de l’Asie – état actuel des recherches sur la Révolution en Corée et au Japon

Nous sommes heureux de pouvoir organiser ce colloque intitulé « La Révolution française vue de l’Asie – État actuel des recherches sur la Révolution en Corée et au Japon » en collaboration avec le Centre d’études Asie-Pacifique de l’Université Seikei, la Société franco-japonaise des Sciences historiques et la Société coréano-japonaise de recherche sur la Révolution française de Tokyo.
La Révolution a été l’un des moments charnières de la modernisation du monde. On pourrait même aller jusqu’à dire qu’il s’agit du point de départ de la société moderne avec l’établissement des principes de liberté, d’égalité, de souveraineté nationale, de démocratie représentative et d’abolition de l’esclavage. Dans un même temps, elle s’est malheureusement accompagnée des désordres de la Terreur, de guerres civiles et extérieures. En tant que telle, elle reste et restera toujours un modèle pour toutes les nations qui se modernisent, tantôt à imiter, tantôt à comparer, et dans certains cas un modèle à réfuter et à éviter.
Elle a également eu une influence et des répercussions dans les pays d’Asie du Nord-Est. Au Japon, par exemple, la nouvelle de la Révolution est parvenue dès 1794, et depuis lors, elle a toujours inspiré les gens de lettres et les samouraïs qui entamaient des réformes politiques. C’est principalement durant la seconde moitié du 19e siècle, à l’époque de la restauration de Meiji, et au moment des réformes d’après-guerre qui ont commencé dès 1945 que les Japonais se sont intéressés à la Révolution, la première fois en tant que modèle à éviter pour ne pas connaitre les affres de la Terreur, et la deuxième fois comme modèle à imiter du fait de son rejet radical de la féodalité. Autrement dit, la Révolution a toujours été une sorte de miroir qui nous renvoyait une image de nous-même, nous permettant ainsi de comprendre où nous étions et de décider dans quelle direction avancer. Il en a probablement été de même en Corée.
La Corée et le Japon se sont mis sur la voie de la modernisation à peu près à la même époque. Les chemins empruntés n’ont pas été les mêmes mais les deux pays ont fini par établir le capitalisme et la démocratie, et sont actuellement considérés comme faisant partis des pays dits avancés. Nous pourrons, par un échange sur l’état actuel de nos recherches respectives sur la Révolution, comprendre les points communs et les différences entre ces deux voies de modernisation que nous avons suivies. Il faut cependant reconnaitre que l’histoire commune de nos deux nations durant cette période a été une histoire tragique qui n’a toujours pas été surmontée. C’est précisément pour cette raison que nous avons projeté d’organiser ce colloque. Il nous faut un dialogue académique et amical pour nous comprendre mutuellement. Que ce colloque soit, même modestement, le début de la relation amicale et coopérative entre historiens des deux pays.

Yoshihiro Matsuura
Professeur à l’Université Seikei

Koichi Yamazaki
Président de la Commission internationale de l'histoire de la Révolution française

Veuillez trouver ici le programme du colloque.